Radio

كيفاش تنڤّزها

Amen Miladi : parcours atypique d’une championne en herbe

Publié le 2019-06-16

Amen Miladi : parcours atypique d’une championne en herbe

 

Comme dans la peinture, « S'il n'est pas brillant il est mat », tel est perçu le joueur d’échecs selon Philippe Geluck, et pour Amen Miladi c’est le cas de le dire.

Médaillée d’argent au championnat arabe d’échecs 2018, Amen Miladi, 14 ans, s’engage résolument sur la voie de la réussite.

C’est son père qui l’a aidé à se frayer un chemin dans cet univers échiquéen de pions, de forteresses et de cavaliers combattants au nom du roi face à un ennemi en désarroi. Pour une enfant de 8 ans c’était une aventure extraordinaire qui, peu de temps après est devenue une grande passion. «Un jour j’ai vu mon père absorbé par une partie d’échecs au café du coin. J’étais comme obnubilée et depuis, je ne pouvais plus m’en lasser. A la maison je passais mon temps à manier les pièces sur l’échiquier et jouer sans règles ou stratégie.»

Cet amour pour les échecs n’a pas échappé à son papa qui s’est résigné à lui apprendre les bases de ce jeu peu commun chez la génération Z. Amen jouissait d’une bonne capacité d’analyse qui lui a permis d’enchainer les victoires dans chaque partie jouée avec son père. En peu de temps, Amen a été proclamée championne de la famille. L’année 2012 fut celle de sa première compétition organisée à Kairouan durant laquelle elle remporta la médaille de bronze.

Depuis, le palmarès de la très jeune Amen Miladi s’est enrichie avec le championnat de Tunisie pour les moins de 10 ans en 2013 et en 2014, le championnat d’Afrique pour les moins de 10 ans en 2014, le championnat de Tunisie des 18-20 ans en 2017, 3 médailles d’argent et 2 médailles de bronze, en plus de nombreux autres prix. En un laps de temps, Amen a réussi à s’imposer aussi bien au niveau national que régional en occupant en 2017 la 1555ème place au classement mondial des joueurs d’échecs ce qui traduit une volonté irrésistible d’évoluer lentement certes mais sûrement jusqu’à atteindre la performance. De ses titres internationaux, les « Woman candidate master (WCM) » en 2015, « Woman FIDE master (WFM) » pour 2016-2017, et « Woman international master (WIM) » en 2018.

  1. et appliquée, avec une moyenne annuelle de 17,76 l’an dernier au collège Kssibet El Mediouni, Amen espère un jour devenir vétérinaire, et couronner son parcours aux échecs par un sacre aux championnats du monde.

Avec beaucoup de persévérance et de conviction Amen travaille avec acharnement et sans répit pour améliorer son classement mondial. Elle s’est assignée comme objectif d’obtenir 150 points en 2018. Elle souhaite également remporter plusieurs tournois en Tunisie et en Afrique.

Avec une moyenne de 2 heures d’entrainement rigoureux par jour, la championne tunisienne se prépare avec l’équipe nationale à la 43ème édition des olympiades d’échecs qui se tiendra du 23 septembre au 6 octobre 2018 à Batoumi en Géorgie.

Classée 2ème au sein de l’équipe nationale séniors, la jeune fille brille de mille feux et n’en finit pas de surprendre et de gagner la confiance de son staff.

Yesmine Mekni

متاعك le coach اختار